Polydactyle

Publié le par zorba

Polydactyle.

 

Un bébé vient de naître, équipé de douze doigts et de douze orteils. Tous fonctionnels. Il ne s’agit pas de doigts ornementaux ou pour faire du chiqué, mais de douze doigts prêts à l’emploi, avec les neurones correspondants dans le cerveau. C’est ainsi, la nature est injuste, certains naissent riches et d’autres pas et mieux vaut naître riche de doigts qu’avec deux ou trois doigts seulement, ne serait-ce que pour se gratter. Le fait qu’il y ait un nombre imparti de doigts pour toute l’humanité – il faut penser global – et que certains soient mieux lotis que d’autres autorise à penser que la vie est une loterie et que nous sommes inégaux jusque dans le nombre de doigts. Cà ne va pas arranger les affaires des égalitaristes sourcilleux qui vont en profiter pour pancarter dans les rues et exiger des mesures anti-dodécadactyles, je sens que l’usager n’a pas fini d’être pris en otage. Et si d’aventure cette race de dodécadactyles venait à se répandre sur la planète, le racisme aurait encore de beaux jours. D’ailleurs les problèmes ne feraient que débuter car il faudrait alors lancer la fabrication en série de rince-doigts spéciaux. De plus, les experts en dactylologie commencent déjà à se tirer la bourre pour savoir quel nom il convient de donner à ce doigt surnuméraire selon la place qu’il occupe dans la main. Il n’a certainement pas le même usage s’il se trouve placé entre le pouce et l’index ou entre l’annulaire et l’auriculaire. Et d’ailleurs s’il est après l’auriculaire, à quoi l’auriculaire pourrait-il bien servir désormais ? On peut aussi prévoir une recrudescence des accidents du travail car certains dodécadactyles ne manqueront pas de profiter de leur avantage pour se prendre leur doigt supplémentaire dans l’engrenage. Il y a des imbéciles partout et c’est une occasion de plus de se mettre le doigt dans l’œil. On aurait grand tort de prendre cette affaire à la légère car il s’agit moins de savoir si certains seront équipés d’un doigt vengeur ou servant à mesurer le Porto que d’un avantage scandaleux pour les joueurs de pipeau. Ils auront en effet droit à un trou de plus de qui s’avère dégradant pour ceux qui doivent se contenter de pipeaux normaux et qui perdraient ainsi leur triple AAA sans avoir démérité, et ce sera la mésentente assurée au sein des orchestres. Inévitablement il se formera des clans chez les virtuoses du piano ou de la guitare car même chez les fées, un doigt de plus çà compte, ce n’est pas anodin. De nos jours, l’extravagance de la nature n’a plus de limites. Il avait déjà fallu qu’elle fabrique un pouce opposable, ce qui nous força à une discrimination envers nos frères animaux, qu’elle fabrique aussi des blancs et des noirs pour bien semer la zizanie parmi les hommes, il faut maintenant qu’elle produise des dodécadactyles pour foutre en l’air tout le système décimal qui pourtant fonctionnait à peu près bien. A quand les polypénidés ? On se demande vraiment de qui se moque la nature. Si par-dessus le marché elle permet à certains d’avoir un gland de plus, alors là, alors là ce sera le bouquet. Car les hommes ne rigolent pas avec le nombre de pénis. Déjà que leur taille, c’est toute une affaire, alors un de plus que les autres, là c’est la guerre. La vraie guerre des sexes. Pour le coup la polygamie va devoir entrer dans la constitution et les droits de l’homme et ceux qui n’en auront qu’un vont passer pour des vous m’avez compris. D’ailleurs là c’est pareil : quel nom donner à l’autre ? Gland. Que l’on fasse un peu les comptes : deux glands et douze doigts, bonjour les masturbateurs compulsifs ! Et je passe sur d’autres pratiques sexuelles. Je vous le dis, il y a du racisme dans l’air et des manifs pour l’égalité en perspective. Lorsque la nature fait des bébés à douze doigts, on voit bien qu’elle ne réfléchit pas. Idem lorsqu’elle fait des glands doubles. C’est déjà toute une affaire avec un seul pour bien viser au milieu de la cunette des WC, alors avec deux çà va être le chaos. Autant aller pisser dehors. Le tout sera-t-il encore de ne pas de le coincer entre l’arbre et l’écorce. Je veux parler du doigt, naturellement. Quoi qu’il en soit, les dodécadactyles ne seront pas en peine de main d’œuvre pour se curer le nez. Cependant, avoir un doigt à l’œil c’est bien beau mais les dodécadactyles risquent d’être un longs à la détente : le temps de choisir quel doigt utiliser pour presser dessus. La détente. Notamment s’ils sont chasseurs. En tous cas moi, si la nature devait me bégayer, ce n’est pas un doigt supplémentaire que je choisirais (quoi que pour palmer, en natation, ce doit être l’équivalent d’un turbo), ni même une mâchoire au cul car s’asseoir sur sa propre gueule c’est vexant, mais plutôt une hélice dans le dos pour me déplacer comme un hydroglisseur. Cà, ce doit être un panard fou.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G

bonsoir,


si je les avais, je lèverais mes douze pouces!!


quel plaisir de vous lire à nouveau...
Répondre
Z


Un grand salut gwanadata, depuis le temps...


J'ai terminé l'essentiel de mes travaux de jardinage, alors je me refais la main en texticulant de temps en temps. Au plaisir de la chronique s'ajoute celui du lecteur qui y trouve de quoi se
délasser. Bref, c'est que du plaisir...