Possible

Publié le par zorba

Possible

 

 

Un autre monde est-il possible ? De toutes les questions intéressantes, c’est celle-là que je préfère. Un autre monde est-il possible ? C’est à la fois la question la plus intéressante, la plus saugrenue et la plus duplice que je connaisse. Intéressante car cette question, c’est tout l’homme. Lorsqu’un lapin  la pose, il répond carotte ce con. Intéressante car elle ouvre toute grande la fenêtre des songes, et saugrenue parce que notre monde est déjà un autre monde possible. Ceux qui posent cette question semblent ignorer avec entêtement qu’avec des si… on scierait. Que si tout le monde freinait en même temps, le temps passerait moins vite. Que si Christophe Colomb n’avait rien découvert, Kennedy trinquerait encore avec nous. Et puis… ah, si j’étais riche… vous verriez un peu… Sans compter que pour qu’un autre monde fût possible, il suffirait que je le visse avec d’autres yeux. Ceux de Chimène, par exemple.

On pose cette question lorsqu’on veut faire son intéressant. Lorsqu’on veut montrer qu’on en a sous le capot. Mais où va-t-il chercher des questions pareilles… Et çà marche ! On trouve toujours une foule de gens pour se dire : Tien, au fait, c’est vrai çà, un autre monde est-il possible ? Enfin une question originale, qu’on ne se pose pas en allant chercher ses croissants. Au lieu de nous poser toujours des questions idiotes, posons-nous pour une fois une question intéressante. Je connais un directeur de journal, J.F Kahn qui, secondé par une kyrielle d’universitaires es quelque chose, a fait pendant des mois et des mois un tour de France de colloques où des gens venaient par centaines écouter des réponses ébouriffantes à cette question précise : un autre monde est-il possible ?

Vous avez une question intéressante de cette eau ? Faites le tour de France avec. Les clients vont se précipiter. Par exemple : les pauvres peuvent-ils devenir riches ? Mais pensez tout de même à emporter avec vous une bonne provision de si… Indispensable. Si vous n’avez pas un paquet de si… dans votre musette, vous allez faire un bide, je vous préviens. Alors que si vous déversez sur les foules avides des tombereaux de si… votre succès est assuré. La preuve, si je commence mes phrases par si… tout de suite çà vous a une autre gueule possible. D’ailleurs quand je me rase la gueule je me pose la question : une autre gueule est-elle possible ? Ou bien : et si la gueule que je rase n’était pas la mienne ? Car sans les si… plus rien d’autre n’est possible. J’y insiste.  Munissez-vous également de si… de secours, autant que possible. En cas de crevaison, ce n’est plus le moment de se dire merde j’ai oublié mes si… à la maison, vous auriez bonne mine. Et puis pensez aussi à affûter vos scies. Noter qu’en route vous pouvez trouver des si… de récupération. C’est moins cher et ils peuvent vous faire néanmoins pas mal de kilomètres.

De toute façon le monde des si… - cet autre monde possible -  est sans limite. Inépuisable. Tous les commerces de si… en regorgent. C’est pourquoi on en trouve à bon prix. Car il y a des professionnels du commerce des si… Tels celui dont je citais le nom plus haut. Ils sont assimilés dans la nomenclature des Arts et Métiers à l’activité « Croisiéristes ».  Et en effet, avec quelques si… bien ajustés, ils vous embarquent pour la croisière de vos rêves. Que vous paierez d’ailleurs plus tard. Vous en connaissez beaucoup, vous, des vendeurs de croisières à crédit ? La crédulité se paie toujours, mais plus tard.

Ah oui, décidément, la question « un autre monde est-il possible ? » est une question que je trouve qu’elle est bonne. Comme une drogue. Elle inaugure une croisière où l’on vous sert du chichon sans désemparer et que vous paierez plus tard. A l’atterrissage.  Comment résister !

Evidemment, une croisière peut tourner au cauchemar selon la qualité des si… que l’on utilise : si chacun avait une bombe atomique on serait beaucoup moins nombreux et si les hommes accouchaient nous aurions la tête en sifflet.

Heureusement, d’autres catégories de si… sont plus anodines : si au lieu de compter depuis Jésus-Christ on comptait depuis Michael Jackson le monde serait moins vieux et si la gazelle était un lion elle finirait par se bouffer.

Un autre monde ? Il est non seulement possible mais certain. Il se construit collectivement depuis la nuit des temps et demain sera un autre jour possible pour un autre monde certain.

Mais en même temps, cette question – qu’elle est excellente, répétons-le – est d’une duplicité extraordinaire par ce qu’elle évite soigneusement de formuler. Car la question tout entière est : « Un autre monde à mon idée est-il possible ? »  En effet, pourquoi vouloir un autre monde qui soit autrement qu’à mon idée… C’est idiot, autant garder celui-ci qui ne l’est pas non plus, à mon idée. Et alors là… Alors là, mes amis, vous voyez se profiler l’oreille du totalitarisme sur le fond noir de mes pulsions.  Oulà ! Attention, marécages. Heureusement, lorsqu’on se pose cette question d’un autre monde possible, on sait bien que c’est pour de rire. Sinon on se foutrait illico sur le mufle.

Bref. Si La Mecque était à l’Ouest, le hadji irait pèleriner en Amérique, ah la tuile. Le seul si… cependant auquel je prête quelque crédit serait plutôt celui-ci : « Si nous savions où nous allons, nous serions moins pressés ». Même pour un autre monde possible.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
<br /> Si...<br /> <br /> <br /> si j'avais votre verve...<br /> <br /> <br /> j'écrirais pour le monde, j'écrirais en grand sur des murs, je serais féconde de tous ces mots qui feront le monde.<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
Z
<br /> <br /> La verve ? Facile : suffit de boire de la verveine. (Pouacre ! C'est nul.)<br /> <br /> <br /> <br />